Posted on Laisser un commentaire

Activités Montessori sur l’hiver, le pôle nord et le pôle sud

Après les fêtes de fin d’années j’aime proposer aux enfants des activités à thème pour se recentrer. Et pour une meilleure cohérence, je privilégie les activités de saison. Nous sommes en janvier et je décide d’orienter nos activités futures sur l’hiver et les pôles nord et sud. Ces activités reviennent chaque année mais sont toujours vécues différemment par les enfants car elles évoluent en fonctions de leurs connaissances et de leurs capacités liées à leur âge et leur développement. La façon dont les activités sont proposées peuvent aussi influencer. Les enfants redécouvrent toujours avec beaucoup de bonheur et d’enthousiasme les activités qui leur sont proposées. C’est donc avec un zeste de créativité, beaucoup d’imagination et un peu de temps par ci par là que nous avons pu réaliser nos activités autour de ce thème. Et je vais enfin pouvoir vous les présenter.

Dans ces ateliers je guide mes enfants mais je favorise l’autonomie. Je les encourage à être acteurs et leur permet de les réaliser en toute autonomie selon leurs capacités et leurs difficultés. Ils ont à leur disposition une éponge pour nettoyer et il leur est permis d’en mettre à coté et de nettoyer. C’est à moi de préparer le lieu, l’environnement où ils réalisent ces activités sans qu’il y ait de risques de dégradation de matériel et pour simplifier le nettoyage.

Atelier 1 : La table des saisons ou table d’observation

Aux changements de saison, j’aime proposer la table d’observation aux enfants. Celle que je décore, que j’organise et où je crée une ambiance avec des figurines, de petits objets et tous nos jolis livres sur un et même thème.

Les enfants découvrent cette table comme une surprise et ils contribuent à leur tour à la création de cette dernière en y ajoutant des dessins et des jouets en lien avec le thème abordé. La table des saisons éveille l’intérêt et la curiosité. Elle aide l’enfant à rester connecté à la nature, à observer ses différents états tout au long de l’année et à intégrer la notion du temps qui passe. Je laisse toujours un petit espace où les enfants peuvent créer une scène avec leurs figurines ou leur collecte de petits objets.

Je commence toujours le cycle d’activités à thème par la table d’observation car elle m’inspire énormément et c’est une bonne entrée en matière pour les enfants. Juste en la voyant, ils imaginent le sujet qui va être abordé. Il peuvent toucher, manipuler et nommer les objets. Ça éveille leur curiosité et les questions émergent. Pour ma part, ça m’aide a élaborer mon plan d’activités.

La table des saisons n’est pas figée et évolue en fonction des jeux et des connaissances acquises par les enfants tout au long de son exposition.

Atelier 2 : Les cartes de nomenclature

Les cartes de nomenclature affinent l’observation et sont de bons outils pour développer le vocabulaire.

Pour mon petit de 2 ans je lui propose les images. Il les observe et les nomme quand il le peut. Lorsque c’est possible et que notre collection d’animaux nous le permet, j’aime lui proposer 4 images sur un même thème et lui propose d’associer l’image à l’objet. Il adore ça ! Pour ma grande qui commence à être lectrice, je lui propose d’associer les étiquettes nominatives à l’image qui lui correspond.

Atelier 3 : Le bain du pôle nord

Non non, je n’ai pas mis de glaçons dans le bain des enfants en plein hiver. C’est encore plus fun que ça 🙂 J’adore proposer des bains a thème aux enfants. L’effet de surprise est immédiat et leur enthousiasme est trop chouette à voir. Pour le bain du pôle nord et de la banquise j’ai d’abord versé quelques gouttes de colorant alimentaire bleu. Ce n’est pas indispensable mais honnêtement, c’est le petit détail qui change tout. J’y dépose ensuite les animaux, de petites plaques de polystyrène afin d’imiter la banquise et le tour est joué. Alors, en plus d’être super amusant, cela permet de faire une jolie scène et de reproduire les conditions de vie des animaux. Et puisque nous avions déjà « travaillé » sur le nom de chaque animal avec les cartes de nomenclature, les enfants (surtout la grande) renommaient spontanément ces animaux dans son jeu « c’est l’ours polaire qui monte sur la banquise » alors qu’elle aurait pu nommer « l’ours » tout simplement mais elle a utilisé le vocabulaire que l’on avait récemment utilisé. J’ai remarqué que les enfants avaient le souci du détail et aimaient employer le mot juste afin de nommer les choses alors je n’hésite plus à leur donner des détails et je les laisse s’imprégner de ce qui fait sens pour eux. Le jeu permet de consolider les acquis de manière naturelle et fluide.

Atelier 4 : L’eau dans tous ses états (solide, liquide, gazeux)

Sur un plateau, je présente trois récipients. Un contient de l’eau, l’autre un glaçon et le dernier est vide. Sur ce même plateau se trouve une coupelle avec trois étiquettes à relier aux récipients. J’aborde les différents états de l’eau et de la température qui la transforme. Puis, je présente le plateau afin qu’elle puisse relier les étiquettes aux récipients. Pour approfondir l’activité, on peut aussi présenter un globe à l’enfant et lui demander de nous montrer où se trouve selon lui la glace, l’eau et le gaz.

On en profite pour faire un peu de lecture. Plus l’enfant est actif dans une activité et plus il s’appropriera les connaissances.

Atelier 5: Activité ludique de l’œuf glacé

Je pense que c’est cette activité qui a le plus de succès pour son coté ludique. Tout le monde le sait, les enfants adorent jouer avec l’eau et le fait d’y ajouter des glaçons, ça les amuse encore plus. Alors je ne vous raconte pas leur enthousiasme lorsque se cache une surprise dans le glaçon. Pour ma fille, il n’y a pas plus GÉNIAL comme activité. Cette fois, j’ai ajouté du colorant bleu pour poursuivre dans mon thème pôle nord. Ça amené un peu plus de pep’s et de couleur et c’est très sympa. Il faut tout de même veiller a ce que les touts petits ne les mettent pas à la bouche car la composition des colorants alimentaires n’est pas toujours « clean ». Sinon, il vaut mieux privilégier des glaçons à l’eau tout simplement. Pour former les œufs, j’ai glissé dans un ballon de baudruche une petite figurine et complété avec de l’eau. Puis direction congélateur pendant plusieurs heures (plus ou moins long selon la taille du ballon).

L’œuf de glace renferme une figurine. Il faut trouver le moyen de la libérer.
L’œuf commence à fondre, on peut déjà voir quel animal s’y cache. « Peux-tu nommer l’animal que tu as délivré? « 

Wahouu !!! Quelle drôle d’expérience.

Atelier 6: La formation de la banquise

Lors de cette expérience, nous constatons que le glaçon est plus léger que l’eau et que ce dernier flotte. Léonie fait rapidement le lien avec la banquise. Nous profitons de cette expérience pour répondre à la question: « pourquoi le glaçon flotte ? »

Source internet https://www.espace-sciences.org/juniors/questions/pourquoi-le-glacon-flotte-sur-l-eau

Parce qu’il est moins dense que l’eau liquide !

Mets une bouteille en plastique remplie aux trois quarts d’eau au congélateur. Place-la, sans bouchon, à la verticale. Quand la température arrive à 0 degrés, l’eau gèle. Elle se transforme en glace. Sors la bouteille du congélateur et regarde bien : elle est presque remplie de glace ! Car la glace est moins dense que l’eau. Ce solide occupe plus de place dans la bouteille que le liquide.

Des tonnes de glace.

Au Pôle Nord et au Pôle Sud, il fait très froid. Il y a de la glace partout. Parfois, des blocs se cassent et tombent dans la mer. Ce sont des icebergs. Les petits peuvent peser plus de 200 tonnes, soit le poids de 5 gros camions. Les grands icebergs, eux, sont parfois aussi grands que la Corse ! Ils peuvent peser des milliards de tonnes. Et pourtant, ils flottent !

Les lectures

Les livres permettent de répondre de manière adaptée aux questionnements des enfants. Nous avons une bibliothèque assez riche à la maison mais nous aimons bien compléter celle-ci avec des ouvrages de la bibliothèque de la ville qui regorge de vrais trésors.

Bibliographie :

  • Arctique Antarctique, d’un pole à l’autre, Milan Jeunesse
  • Les sciences naturelles de Tatsu Nagata, Seuil Jeunesse
  • Des bêtes qui se gèlent les fesses, Seuil Jeunesse
  • Le pingouin et le manchot, Gallimard Jeunesse
  • La course sur la banquise, Nathan
  • Les 4 saisons, Atlas jeunesse
  • Divers magasines Wakou et Wapiti

Les jeux

De la même manière que les imagiers ou les cartes de nomenclature, le loto permet de travailler le vocabulaire. En effet, la répétition des mots même les plus complexes permet de l’inscrire dans la mémoire de l’enfant. Maria Montessori parlait de l’esprit absorbant car le cerveau de l’enfant forme un nombre incalculable de connexions synaptiques. Des études confirment que plus le cerveau de l’enfant est nourri et stimulé et plus les connexions se feront avec facilité et durablement.

Pour mon petit de deux ans, je propose un loto/imagier sur l’hiver. Je l’accompagne dans cette activité et nomme les image avec lui. Une fois que nous avons nommé toutes les images, je lui montre comment les disposer sur le plateau. Puis je le laisse faire sa propre expérience, manipuler les pièces, les observer, les disposer. Je le laisse faire des erreurs qu’il corrigera de lui même ou pas. Le but de ce jeu est dans un premier temps de nommer et d’observer. L’association d’image viendra ensuite. L’enfant ne peut pas tout travailler d’un coup. Je laisse ce jeu à sa disposition sur un plateau un certain temps afin qu’il puisse y revenir si besoin (seul ou avec moi). Ce jeu peut tout à fait se créer soit même avec des images trouvées sur internet. Moi, j’utilise ce que j’ai déjà à la maison.

Pour ma grande j’ai sorti le jeu Défis Nature sur le « froid extrême ». C’était l’occasion car cela fait quelques mois déjà que nous l’avions et nous n’y avions encore jamais joué. Ce jeu est très agréable et facile a utiliser. Il se joue comme un jeu bataille. On choisit un thème (poids, longueur, longévité… ) et celui qui a le plus gros « score » l’emporte. Les images sont magnifiques et de la même manière qu’un imagier, il permet de gagner en vocabulaire. On trouve sur chaque carte une petite partie explicative sur l’animal en question.

J’espère que cet article vous aura plu et vous aura inspiré pour faire des activités similaires avec vos bouts de choux !

Alors, amusez vous bien 😉


Posted on Laisser un commentaire
Posted on Laisser un commentaire

Les premières cartes de nomenclature de petit Loup

Cela fait maintenant trois ans que j’utilise les cartes de nomenclature avec Léonie. Elle avait deux ans et demi lorsque nous avons commencé et depuis, nous en avons une belle collection.

Les cartes de nomenclature permettent à l’enfant d’enrichir son vocabulaire avec différents supports et de manière ludique.

Pour Loup, j’ai eu envie de lui proposer un peu plus tôt que sa sœur. D’abord, parce que j’ai pris l’habitude de les utiliser et de les proposer à Léonie mais aussi parce que Loup s’y intéresse beaucoup. Il aime les attraper, les observer et les manipuler. J’ai alors réfléchis à ce que je pouvais lui proposer comme activité. Cela n’a pas été facile du haut de ses 13 mois ! J’ai pensé à des objets du quotidien, quelque chose qu’il connaissait et qui pourrait l’intéresser. Et c’est en l’observant jouer à la dinette (qu’il adore !) que j’ai pensé à lui proposer les cartes de nomenclature de fruits et légumes. Et bingo ! Ça l’a passionné.

Je vais donc vous présenter en image les différentes activités à proposer avec des cartes de nomenclature dès la première année de l’enfant jusqu’à 7 ans.

1/ Nommer

Pour commencer, on peut proposer deux cartes à l’enfant. Les lui montrer une à une tout en les nommant.

On peut ensuite laisser les carte à l’enfant afin qu’il puisse les manipuler et les observer tant qu’il le souhaite.

Selon son âge et ses capacités, on peut proposer jusqu’à dix cartes ou plus.

 

                               fruits et legumes1

Lorsque l’enfant commence à parler on peut prendre une carte et demander cette fois à l’enfant de nommer ce qu’il y a dessus et recommencer jusqu’à ce que toutes les cartes aient été nommées. Si l’enfant ne connait pas l’objet ou fait une erreur, on l’accompagne en lui donnant la bonne réponse.

Il est aussi possible d’étaler les cartes sur une table et demander à l’enfant de trouver un objet. Par exemple : « où est le poireau ? » et l’enfant doit retrouver le poireau parmi plusieurs images.

 

2/ Par paires

Présenter à l’enfant des paires d’images mélangées. Il devra regrouper les images par paires. Là aussi il est possible d’adapter l’activité en fonction des capacités de l’enfant pour ne pas le mettre en difficulté. On peut tout à fait commencer par deux paires seulement et en augmenter le nombre selon ses besoins.

On peut aussi varier cette activité en proposant à l’enfant d’associer un objet à une carte. Ici, des fruits en jouets mais cela peut aussi être réalisé avec de vrai fruits.   

   

3/ Associer une image à un nom

Lorsque l’enfant devient lecteur et/ou qu’il déchiffre des lettres ou des mots, il peut associer le nom à l’image. De la même manière que les activités cités ci-dessus, il est possible de ne présenter que deux noms et deux images à associer et augmenter leur nombre selon la progression de l’enfant.

 

Toutes ces activités permettent à l’enfant d’enrichir son vocabulaire et de consolider ses acquis au fil du temps.

 

 

 

Posted on Laisser un commentaire
Posted on Laisser un commentaire

hochet/mobile Montessori à réaliser soi-même

hochet montessori

Voici la fabrication toute simple de hochets et mobiles tout mignons à accrocher partout pour le plaisir des yeux et des petites mains de bébé 🙂

Pour le matériel, j’ai « piqué » des perles en bois à Léonie, j’ai pris de la ficelle de cuisine et j’ai profité du déstockage du magasin de bricolage pour rafler les anneaux de rideaux en bois non traité (j’ai plein d’autres choses à faire avec). Et voilà le résultat.

On peut couper la ficelle afin de faire un hochet ou la laisser pour faire un mobile (en veillant a ce que les perles soient bien liées, dans le doute, à proposer seulement en présence d’un adulte).

Un anneau simple peut aussi être utilisé comme hochet. En en mettant un dans chaque main de l’enfant, il pourra travailler ses mouvement et sa coordination.

C’est grâce a une manipulation répétitive que l’enfant apprend et affine sa préhension. il prend conscience de son corps, de ses mouvements et du principe « d’action réaction » (quand je bouge, il se passe quelque chose). Ce n’est que lorsque la préhension sera acquise, qu’il pourra passer à un jeu un peu plus complexe, pour l’amener vers d’autres apprentissages. Mais il faut avant tout, respecter son rythme.

Et voilà, Loup est tout content et moi aussi !

Posted on Laisser un commentaire
Posted on Laisser un commentaire

Balle de préhension Montessori

Cela fait maintenant plusieurs semaines que j’ai réalisé cette balle de préhension de la pédagogie Montessori. Loup est maintenant suffisamment « grand » pour jouer avec. On peut la proposer dès la naissance sous forme de mobile ou dès 4 mois en balle de préhension.

Cette balle permet de travailler la motricité fine et la précision de la pince (attraper avec le pouce et l’index).
C’est super chouette de fabriquer des choses utiles pour les enfants !

Posted on Laisser un commentaire
Posted on Laisser un commentaire

Observation d’un têtard

 

 

Léonie aime beaucoup observer les petites bêtes. Et en ce moment dans notre bassin, nous avons une multitude de têtards. Alors nous avons mis dans un petit aquarium trois têtards afin d’observer leurs différentes phases d’évolutions. Bien sûr, nous les avons remis dans le bassin dès les observations terminées. Cette activités et tout à fait réalisable même pour les personnes qui vivent en ville, en allant faire une balade en nature, dans un parc…

Pour cela, nous avons utilisé des cartes de nomenclatures sur les différentes phases d’évolutions du têtard à la grenouille et une série de carte sur les differentes parties du corps de la grenouille. C’est tellement chouette de pouvoir allier la théorie et la pratique. Ça rend les choses beaucoup plu concrète et les apprentissages deviennent beaucoup plus simples et ludiques.

Je mets quelques images liées à nos observations :

Posted on Laisser un commentaire
Posted on Laisser un commentaire

Observation d’une chenille

 

Nous avons la chance d’avoir un jardin avec des poules, un bassin et un potager. Ce qui nous permet d’avoir de nombreuses activités liées à la nature et même faire de belles rencontre avec des têtards, des poissons, des oiseaux, des hérissons, des escargots et toutes sortes de petites bêtes qu’on adore. On peut aussi trouver toutes sortes de petites bêtes en ville en se promenant dans des parcs par exemple.

C’est en allant chercher des fraises au potager, que Léonie est tombée sur une très belle chenille. Nous avons utilisé une petite boite prévu pour l’observation d’insectes, et nous avons attendu et observé l’évolution de cette belle chenille. Nous n’avons pas été déçu. Elle est passée rapidement au stade de chrysalide puis, après quelques jours de patience, à un beau papillon. Quelle belle surprise de le découvrir et de le voir prendre son envol !

Nous avons utilisé des cartes de nomenclatures sur l’évolution de la chenille au papillon ainsi que sur les différentes parties du corps.

Et voici nos observations en images (oui, parce que nous, on aime bien les photos 🙂 )

                     

Posted on Laisser un commentaire
Posted on Laisser un commentaire

Espace sensoriel du tout petit – Le Nido

Le Nido est un espace d’éveil à même le sol. Il permet à l’enfant de développer sa motricité, son éveil et son autonomie. Les couleurs vives et les contrastes en noir et blanc attirent son regard et sont adaptés à la vision de l’enfant. Les différentes matières et textures  aident au développement du toucher.
Chaque matin, Loup passe un peu de temps dans cet espace (15 à 20 min environ). Je lui mets un fond de musique classique et des jeux de transparence, miroirs et images diverses (je change régulièrement les objets afin d’éveiller sa curiosité). Le Nido évolue au même rythme que lui.
Bien sûr, je joue avec lui 🙂 j’en profite un peu aussi.
Il grandit tellement vite …
Posted on Laisser un commentaire
Posted on Laisser un commentaire

Le doudou musical

J’avais déjà abordé le thème du doudou musical dans « une petite berceuse » (http://grandirdecouvriretapprendre.over-blog.com/2016/12/une-petite-berceuse.html) qui stimulait bébé pendant sa vie intra utero.

Et voilà ! Loup est né (il a même trois mois ! Et oui, on a raison de le dire, ça passe quand même très vite !!!). Et les doudous musicaux, et bin il adore ça. Est-ce pour la douce mélodie ou pour les bonnes bouilles douillettes de ces derniers ? On ne sait pas trop mais une chose est sûre, ça lui plait drôlement.

Dès sa naissance, il était très attentif à cette musique qu’il connaissait déjà in utero. Puis vers un mois, il scrutait ces petites bêtes avec un grand intérêt (parfois même interrogatif). Aujourd’hui, il a trois mois et lorsqu’on tire sur la ficelle, le voilà qui rit et qui agite les bras et les jambes, tout excité par ces doudous. Bon, vous l’aurez compris, pour l’endormissement, ce n’est pas top. Heureusement que de ce côté là, il n’a pas de souci.

De plus, ces jolis petits doudous (parce qu’on en a plusieurs) aident bébé à développer ses sens (toucher et ouïe) et, très important, à développer le goût pour la musique.

Tout ça pour dire, que le doudou musical, chez nous, c’est primordial. On ne pourrait pas s’en passer… Et vous ? Un doudou ?

Posted on Laisser un commentaire
Posted on Laisser un commentaire

Les bouteilles d’eau colorées

Les bouteilles d'eau colorées

Les bouteilles d'eau colorées

Voilà d’étranges bouteilles qui attirent l’œil. Enfant ou même adulte, quand on les voit, on a envie de les manipuler, les pencher et de les secouer.

C’est un succès à tous les âges:

Pour les touts petits:

Ils peuvent voir la lumière passer au travers et observer le reflet qu’elle laisse au passage sur le support. Ils peuvent aussi distinguer les differentes nuances de couleurs lorsqu’on les dispose les unes à coté des autres. Ces jolies bouteilles aident à l’apprentissage des couleurs, on peut les secouer ou les pencher afin de voir les bulles d’air circuler.

Pour les plus grands:

Ils peuvent les porter, les disposer de differentes façons. Ils peuvent aussi participer à leur fabrication et a mettre eux-même les gouttes de colorant, agiter les bouteilles afin de faire les mélanges de couleurs. Cette activité plait beaucoup. C’est un bon moyen pour les plus grands de consolider leurs connaissances sur les couleurs primaires et secondaires. Une fois l’activité terminée, les enfants sont fiers de leur réalisation et peuvent faire un petit exposé sur sur leur nouvelle expérience.

Léonie les utilise beaucoup pour faire des jeux de construction, tandis que Loup, qui est plus petit, se contente d’observer les mouvements de l’eau colorées.  Chacun y trouve son utilisation 😉 .

Matériel : Pour cette activité nous avons eu besoin de 6 petites bouteilles, de l’eau (bien sûr), des colorants alimentaires (attentions, les colorants son très mauvais dans l’alimentation car ils peuvent être à l’origine de troubles du comportement chez l’enfant, je ne les utilise que pour les activités) et pour bien fermer les bouchons et les sécuriser, j’ai utilisé mon pistolet à colle.

Posted on Laisser un commentaire
Posted on Laisser un commentaire

La chasse au trésor d’automne !

Youpi c’est l’automne !

Pour fêter ça, je prépare une petite chasse aux trésors pour Léonie lors de nos balades en forêt. Ça m’a demandé pas mal de travail en amont. Il a fallu lister les éléments que je voulais mettre dans la chasse aux trésors, trouver les images et y associer les noms, imprimer les cartes, les couper et les plastifier. Ouf ! C’était du boulot et on est content quand c’est terminé. Je suis quand même ravie du résultat. On pourra utiliser ces cartes pendant des années en suivant les apprentissages de Léonie.

Elle était très contente de les utiliser et ça lui a donné encore plus de motivation lors de la balade. Elle en a trouvé des trésors. Des feuilles, des glands, des pommes de pain, des cailloux… En rentrant, elle a associé les objets aux cartes de nomenclatures et nous avons ensuite associé les fruits aux feuilles et aux arbres correspondants. Cette activité permet de prendre connaissance de la nature et de l’environnement et de gagner en vocabulaire.


Je préparerai ensuite une activité pour réaliser un herbier et des fiches sur les empreintes liés à nos aventures forestières 🙂 .

 

La chasse au trésor d'automne !
La chasse au trésor d'automne !
Posted on Laisser un commentaire