Publié par Laisser un commentaire

Déodorant solide maison

Je continue ma semaine « DIY cosmétiques bio » avec ce déodorant solide entièrement naturel, sans aluminium ni perturbateurs endocriniens. Il a été testé et approuvé par la sphère « zero dechet ».

Comme dans les recettes précédentes, ce déodorant ne contient que peu d’ingrédients et se prépare en 5 minutes chrono.

Dans un récipient pour bain marie verser :

  • 4 cuillères à soupe d’huile de coco (antifongique, antibactérienne)
  • 2 cuillères à soupe de fécule de mais (absorbant, solidifie la préparation)
  • 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude (neutralise les odeurs)
  • Quelques gouttes (10 environ) d’huiles essentielles de palmarosa (antifongique et antiinfectieuse, action positive sur la transpiration) ou arbre à tee (antibactérienne et tonifiante).

Mettre le tout au bain marie jusqu’à ce que l’huile de coco fonde. Bien mélanger et verser dans un petit moule afin de réaliser un pain de déodorant ou un baume en pot pour une application au doigt.

Laisser la préparation au congélateur 10 min afin que l’huile de coco se solidifie à nouveau et forme un pain.

Par mesure d’hygiène il est indispensable de bien se laver les mains avant chaque préparation et de stériliser le matériel utilisé. Pour cela, il suffit de faire tremper l’ensemble du matériel 15 min dans une eau qui a été portée à ébullition.

Publié par Laisser un commentaire
Publié par Laisser un commentaire

Huile sublimante cheveux secs et abimés

Je continue ma semaine « DIY cosmétiques bio » ce mercredi avec l’huile sublimante pour cheveux secs.

Pour réaliser cette huile, j’utilise un mélange d’huiles végétales en fonction de leurs propriétés et de mon type de cheveux. J’y ajoute de la vitamine E pour la conservation.

Alors, comme nous n’avons pas toutes le même type de cheveux, je vous liste les propriétés des huiles que vous pouvez utiliser pour ce type de soin.

  • Huile d’olive : hydrate, nourrit et fait briller
  • Huile de coco : scelle l’hydratation
  • Huile de ricin : renforce et favorise la pousse du cheveu
  • Huile d’amande douce : prévient de la déshydratation, donne de l’éclat . Idéale pour les pointes fourchues
  • Huile de brocolis : hydrate, nourrit sans alourdir. lisse et draine le cheveu
  • Huile de monoï : sent bon, elle adoucit et fait briller.

Selon les huiles choisies et les effets demandés, mettez les huiles dans un flacon à spray, plus pratique pour gérer la quantité choisie.

Il suffit ensuite d’appliquer ce mélange  par petites touches  en commençant par les pointes qui sont plus sèches et de remonter sur les longueurs.  Je l’utilise soit le matin après le brossage afin d’éviter que mes cheveux gonflent (si, si, je vous assure !), soit le soir avant d’aller me coucher. Je l’applique de la même manière, les tresse et le lendemain lorsque je retire ma tresse, mes cheveux sont hydratés et en place ! 😉

Pour ceux qui sont passés à coté des articles de début de semaine, je vous remets les avantages de réaliser ses propres cosmétiques.

C’est écologique car vous utilisez des produits « clean » qui seront déversées dans les eaux (parce qu’on a tendance à l’oublier mais absolument toutes les molécules chimiques repartent dans les eaux et provoquent des dégâts considérables lorsqu’elles sont retrouvées en grande quantité). Vous consommerez moins d’emballage plastique et ça c’est super mega écolo et c’est autant de flacons en moins dans l’encombrement de votre maison (parce que ça aussi ça compte).

C’est économique. Alors oui, quand je vois dans les magasins le prix d’un gel douche chimique, d’un gommage conventionnel, d’un masque à la composition douteuse, je suis tellement contente de m’être tournée vers des recettes maison depuis toutes ces années et qui, pour un prix dérisoire, ont une composition saine et naturelle.

C’est sain. Ne l’oublions pas, notre peau est l’organe qui protège l’ensemble de notre corps. Plus saine, elle sera moins touchée par la maladie ou autres affections cutanées. Elle sera prête à vous protéger et à faire barrière contre les agressions extérieures.

C’est enrichissant. Je fais un parallèle avec ce que j’apprends de mon potager. Toutes ces connaissances utiles que je pourrai transmettre à mes enfants.  En effet, en réalisant ses produits soi-même on apprend la propriété de chaque fleur, chaque huile végétale, chaque plante, chaque huile essentielle… Ce monde est fascinant et lorsqu’on connait cet univers, on se sent libre de consommer de manière plus éthique et plus consciente. Et il est tellement plus utile de savoir que de posséder.

C’est un gain de temps. Aujourd’hui, il m’est bien plus rapide de composer un soin que d’aller en chercher un dans un magasin, lire la composition, comparer etc… De plus, réaliser ses propres recettes, c’est facile et très ludique.

Voilà, j’espère que cette petite recette d’huile sublimante vous a plu et que vous trouverez le mélange qui vous conviendra le mieux.

Prenez bien soin de vous et de notre planète 😉

Publié par Laisser un commentaire
Publié par Laisser un commentaire

Gommage au café pour un teint halé.

Je continue ma semaine « DIY cosmétique bio » ce mardi avec la présentation d’un gommage pour le corps et un pour le visage. Ces recettes sont toujours extrêmement simples à réaliser et ne contiennent que trois ingrédients.

Tout d’abord, il faut savoir que les gommages conventionnels que l’on trouve dans le commerce sont une catastrophe écologique. En effet, sans parler de leur composition ultra chimique, les microparticules qu’elles contiennent pour l’effet gommant sont en plastique et ces dernières, par leur minuscule petite taille, ne sont pas filtrées et sont directement reversées dans les océans, absorbées ensuite par les poissons, ce qui engendre bien entendu leur mort. Mais ces gommages sont toujours vendus dans le commerce…

Et pourtant, il existe de nombreuses alternatives naturelles pour remplacer ces microbilles  (le sucre, le café moulu, le bicarbonate etc.). Ces méthodes étaient utilisées nos grands-mères et aujourd’hui je vais vous dévoiler une recette simplissime avec des ingrédients que vous avez sûrement déjà chez vous, dans votre cuisine. Parce que ce qui est bon pour l’intérieur de notre corps et aussi bon pour l’extérieur de celui-ci ! 😉

 

 

Mais d’abord, je vais vous partager les avantages de réaliser ses propres cosmétiques.

C’est écologique car vous utilisez des produits « clean » qui seront déversées dans les eaux (parce qu’on a tendance à l’oublier mais absolument toutes les molécules chimiques repartent dans les eaux et provoquent des dégâts considérables lorsqu’elles sont retrouvées en grande quantité). Vous consommerez moins d’emballage plastique et ça c’est super mega écolo 🙂 et c’est autant de flacons en moins dans l’encombrement de votre maison (parce que ça aussi ça compte).

C’est économique. Alors oui, quand je vois dans les magasins le prix d’un gel douche chimique, d’un gommage conventionnel, d’un masque à la composition douteuse, je suis tellement contente de m’être tournée vers des recettes maison depuis toutes ces années et qui, pour un prix dérisoire, ont une composition saine et naturelle.

C’est sain. Ne l’oublions pas, notre peau est l’organe qui protège l’ensemble de notre corps. Plus saine, elle sera moins touchée par la maladie ou autres affections cutanées. Elle sera prête à vous protéger et à faire barrière contre les agressions extérieures.

C’est enrichissant . Je fais un parallèle avec ce que j’apprends de mon potager. Toutes ces connaissances utiles que je pourrais transmettre à mes enfants.  En effet, en réalisant ses produits soi-même on apprend la propriété de chaque fleur, chaque huile végétale, chaque plante, chaque huile essentielle… Ce monde est fascinant et lorsqu’on connait cet univers, on se sent libre de consommer de manière plus éthique et plus consciente. Et il est tellement plus utile de savoir que de posséder.

C’est un gain de temps. Aujourd’hui, il m’est bien plus rapide de composer un soin que d’aller en chercher un dans un magasin, lire la composition, comparer etc… De plus, réaliser ses propres recettes, c’est facile et très ludique.

Voilà, après vous avoir énoncé tous les avantages des cosmétiques maison je vais vous laisser la recette de ce gommage… Au marc de café (oui oui !).

 

Le gommage est une action mécanique de petites boules qui, massées par un mouvement circulaire, vont exfolier et éliminer toutes les peaux mortes et laisser une peau douce de bébé. Il n’est donc pas indispensable d’avoir un produit à la composition complexe.

Pour réaliser ce gommage pour le corps, je verse dans un récipient :

  • 3 grosses cuillères de marc de café que je recouvre d’huile d’olive

Sous la douche, je masse l’ensemble de mon corps en insistant sur les genoux, les coudes et les pieds. Je rince à l’eau chaude en prenant soin d’éliminer tous les petits grains de café et je n’oublie pas de rincer la douche pour enlever les projections d’huile.

Le marc de café va avoir cet effet gommant sur la peau et, en utilisation modérée (une fois par semaine), vous laissera un teint halé. Il est aussi antioxydant et aide à diminuer les cicatrices ainsi que les vergetures. L’huile d’olive, elle, aura un effet nettoyant et décollera toutes les impuretés et peaux mortes et laissera votre peau douce et hydratée.

Pour le visage, je verse dans un récipient :

  • une cuillère à soupe de café
  • une cuillère à café de miel
  • deux cuillères à soupe d’huile d’olive ou d’huile de jojoba.

Le miel aura en plus des propriété assainissantes et cicatrisantes.

Appliquez ce masque au doigt ou au pinceau pour plus de précision en évitant le contour des yeux. Massez délicatement en faisant des mouvements circulaires (la peau du visage est plus fragile que celle des cuisses, allez y avec douceur). Rincez à l’eau tiède et savourez… Votre peau est douce et nourrie.

Et au passage, j’en profite toujours pour faire un petit gommage à mes mains qui en ont toujours besoin ! 😉

Petit plus, le marc de café a effet nettoyant dans les canalisations ! 😉

Et n’oubliez pas, un gommage au café, c’est un gommage chimique en moins dans les océans. Et ça, ça vaut le coup !

Prenez bien soin de vous et de notre planète ! 😉

Publié par Laisser un commentaire
Publié par Laisser un commentaire

Huile démaquillante biphasée

Je commence ma semaine « DIY cosmétique bio » ce lundi avec la présentation d’une huile démaquillante biphasée extrêmement simple à réaliser et qui ne contient que trois ingrédients.

De manière générale, dans ma salle de bains, on trouve beaucoup de produits bruts et entièrement naturels. Il n’est pas nécessaire d’avoir une composition très complexe pour que ça fasse le job. Il suffit juste d’avoir les bonnes recettes 😉 

Ici, je vous présente donc aujourd’hui une lotion démaquillante nourrissante et hydratante qui laisse une peau douce et propre.

Pour cela, il vous faudra trois ingrédients:

  • de l’huile de jojoba pour la nutrition. Cette huile se rapproche le plus de notre épiderme (avec l’huile d’olive, un peu plus grasse). L’huile de jojoba va permettre de décoller les impuretés et le maquillage afin de nettoyer au mieux la peau sans l’assécher.
  • de l’hydrolat de lavande pour l’hydratation. Cet hydrolat est apaisant et purifiant et est idéale en association avec l’huile de jojoba pour un nettoyage respectueux de toutes les peaux.
  • De la vitamine E pour la conservation. 4 gouttes suffisent pour prévenir le rancissement de l’huile et maintenir un mélange idéal.

Bien agiter avant l’emploi. J’utilise ce démaquillant le matin pour réveiller ma peau en douceur et le soir pour la nettoyer avec une lingette (lavable, évidemment !) réalisée par mes petites mains. Cette huile démaquillante biphasée respectera votre peau, votre santé et l’environnement.  Alors il ne faut pas s’en priver.

Par mesure d’hygiène il est indispensable de bien se laver les mains avant chaque préparation et de stériliser le matériel utilisé. Pour cela, il suffit de faire tremper l’ensemble du matériel 15 min dans une eau qui a été portée à ébullition.

Cette huile démaquillante biphasée respectera votre peau, votre santé et l’environnement.  Alors il ne faut pas s’en priver.

Alors vous de jouer !!!

Publié par Laisser un commentaire
Publié par Laisser un commentaire

de jolis cils au naturel

Ici, j’ai utilisé un contenant de mascara mais l’huile végétale peut aussi s’appliquer au doigt.

Je teste enfin l’huile de ricin sur les cils. Cela fait déjà quelques années que je l’utilise sur les cheveux et je dois reconnaitre que ses effets se sont fait ressentir très vite (je ferais un article prochainement sur les bains d’huiles, soins pour cheveux).

Aujourd’hui, c’est donc sur les cils que je vais tester ses vertus . Après quelques recherches j’ai vu que cette huile était utilisée comme « sérum » pour embellir les cils. Elle favorise la croissance, ralentit la chute et gaine les cils. Ils paraissent plus fournis, plus longs et plus épais (oui, ça fait rêver !).

Inutile donc de dépenser des sommes folles dans des produits à la composition douteuse, cette huile est idéale pour ça et entièrement naturelle.

On trouve dans le commerce des « mascaras » à l’huile de ricin mais qui coûte extrêmement cher ( il faut compter entre 10 et 14 euros pour quelques millilitres d’huile). J’ai donc préféré le faire moi-même en réutilisant un contenant de mascara et l’huile que j’avais déjà à la maison (et au passage, ça fait déjà un déchet en moins pour notre belle planète).

J’applique l’huile de la base des cils jusqu’aux pointes tous les soirs, environ 1/2 heure avant d’aller me coucher (afin de ne pas tartiner ma taie d’oreiller d’huile, après la pose).

En quelque jours, je les trouve déjà plus jolis et plus épais. Cette huile est aussi utilisée pour le soin des ongles qui les rend plus solides et plus forts ainsi que pour les sourcils afin de rendre plus fournis et mieux dessinés.

Y a pas à dire, l’huile de ricin est un bon allié dans les soins de beauté au naturel.

 

 

Publié par Laisser un commentaire
Publié par Laisser un commentaire

Activités Montessori sur l’hiver, le pôle nord et le pôle sud

Après les fêtes de fin d’années j’aime proposer aux enfants des activités à thème pour se recentrer. Et pour une meilleure cohérence, je privilégie les activités de saison. Nous sommes en janvier et je décide d’orienter nos activités futures sur l’hiver et les pôles nord et sud. Ces activités reviennent chaque année mais sont toujours vécues différemment par les enfants car elles évoluent en fonctions de leurs connaissances et de leurs capacités liées à leur âge et leur développement. La façon dont les activités sont proposées peuvent aussi influencer. Les enfants redécouvrent toujours avec beaucoup de bonheur et d’enthousiasme les activités qui leur sont proposées. C’est donc avec un zeste de créativité, beaucoup d’imagination et un peu de temps par ci par là que nous avons pu réaliser nos activités autour de ce thème. Et je vais enfin pouvoir vous les présenter.

Dans ces ateliers je guide mes enfants mais je favorise l’autonomie. Je les encourage à être acteurs et leur permet de les réaliser en toute autonomie selon leurs capacités et leurs difficultés. Ils ont à leur disposition une éponge pour nettoyer et il leur est permis d’en mettre à coté et de nettoyer. C’est à moi de préparer le lieu, l’environnement où ils réalisent ces activités sans qu’il y ait de risques de dégradation de matériel et pour simplifier le nettoyage.

Atelier 1 : La table des saisons ou table d’observation

Aux changements de saison, j’aime proposer la table d’observation aux enfants. Celle que je décore, que j’organise et où je crée une ambiance avec des figurines, de petits objets et tous nos jolis livres sur un et même thème.

Les enfants découvrent cette table comme une surprise et ils contribuent à leur tour à la création de cette dernière en y ajoutant des dessins et des jouets en lien avec le thème abordé. La table des saisons éveille l’intérêt et la curiosité. Elle aide l’enfant à rester connecté à la nature, à observer ses différents états tout au long de l’année et à intégrer la notion du temps qui passe. Je laisse toujours un petit espace où les enfants peuvent créer une scène avec leurs figurines ou leur collecte de petits objets.

Je commence toujours le cycle d’activités à thème par la table d’observation car elle m’inspire énormément et c’est une bonne entrée en matière pour les enfants. Juste en la voyant, ils imaginent le sujet qui va être abordé. Il peuvent toucher, manipuler et nommer les objets. Ça éveille leur curiosité et les questions émergent. Pour ma part, ça m’aide a élaborer mon plan d’activités.

La table des saisons n’est pas figée et évolue en fonction des jeux et des connaissances acquises par les enfants tout au long de son exposition.

Atelier 2 : Les cartes de nomenclature

Les cartes de nomenclature affinent l’observation et sont de bons outils pour développer le vocabulaire.

Pour mon petit de 2 ans je lui propose les images. Il les observe et les nomme quand il le peut. Lorsque c’est possible et que notre collection d’animaux nous le permet, j’aime lui proposer 4 images sur un même thème et lui propose d’associer l’image à l’objet. Il adore ça ! Pour ma grande qui commence à être lectrice, je lui propose d’associer les étiquettes nominatives à l’image qui lui correspond.

Atelier 3 : Le bain du pôle nord

Non non, je n’ai pas mis de glaçons dans le bain des enfants en plein hiver. C’est encore plus fun que ça 🙂 J’adore proposer des bains a thème aux enfants. L’effet de surprise est immédiat et leur enthousiasme est trop chouette à voir. Pour le bain du pôle nord et de la banquise j’ai d’abord versé quelques gouttes de colorant alimentaire bleu. Ce n’est pas indispensable mais honnêtement, c’est le petit détail qui change tout. J’y dépose ensuite les animaux, de petites plaques de polystyrène afin d’imiter la banquise et le tour est joué. Alors, en plus d’être super amusant, cela permet de faire une jolie scène et de reproduire les conditions de vie des animaux. Et puisque nous avions déjà « travaillé » sur le nom de chaque animal avec les cartes de nomenclature, les enfants (surtout la grande) renommaient spontanément ces animaux dans son jeu « c’est l’ours polaire qui monte sur la banquise » alors qu’elle aurait pu nommer « l’ours » tout simplement mais elle a utilisé le vocabulaire que l’on avait récemment utilisé. J’ai remarqué que les enfants avaient le souci du détail et aimaient employer le mot juste afin de nommer les choses alors je n’hésite plus à leur donner des détails et je les laisse s’imprégner de ce qui fait sens pour eux. Le jeu permet de consolider les acquis de manière naturelle et fluide.

Atelier 4 : L’eau dans tous ses états (solide, liquide, gazeux)

Sur un plateau, je présente trois récipients. Un contient de l’eau, l’autre un glaçon et le dernier est vide. Sur ce même plateau se trouve une coupelle avec trois étiquettes à relier aux récipients. J’aborde les différents états de l’eau et de la température qui la transforme. Puis, je présente le plateau afin qu’elle puisse relier les étiquettes aux récipients. Pour approfondir l’activité, on peut aussi présenter un globe à l’enfant et lui demander de nous montrer où se trouve selon lui la glace, l’eau et le gaz.

On en profite pour faire un peu de lecture. Plus l’enfant est actif dans une activité et plus il s’appropriera les connaissances.

Atelier 5: Activité ludique de l’œuf glacé

Je pense que c’est cette activité qui a le plus de succès pour son coté ludique. Tout le monde le sait, les enfants adorent jouer avec l’eau et le fait d’y ajouter des glaçons, ça les amuse encore plus. Alors je ne vous raconte pas leur enthousiasme lorsque se cache une surprise dans le glaçon. Pour ma fille, il n’y a pas plus GÉNIAL comme activité. Cette fois, j’ai ajouté du colorant bleu pour poursuivre dans mon thème pôle nord. Ça amené un peu plus de pep’s et de couleur et c’est très sympa. Il faut tout de même veiller a ce que les touts petits ne les mettent pas à la bouche car la composition des colorants alimentaires n’est pas toujours « clean ». Sinon, il vaut mieux privilégier des glaçons à l’eau tout simplement. Pour former les œufs, j’ai glissé dans un ballon de baudruche une petite figurine et complété avec de l’eau. Puis direction congélateur pendant plusieurs heures (plus ou moins long selon la taille du ballon).

L’œuf de glace renferme une figurine. Il faut trouver le moyen de la libérer.
L’œuf commence à fondre, on peut déjà voir quel animal s’y cache. « Peux-tu nommer l’animal que tu as délivré? « 

Wahouu !!! Quelle drôle d’expérience.

Atelier 6: La formation de la banquise

Lors de cette expérience, nous constatons que le glaçon est plus léger que l’eau et que ce dernier flotte. Léonie fait rapidement le lien avec la banquise. Nous profitons de cette expérience pour répondre à la question: « pourquoi le glaçon flotte ? »

Source internet https://www.espace-sciences.org/juniors/questions/pourquoi-le-glacon-flotte-sur-l-eau

Parce qu’il est moins dense que l’eau liquide !

Mets une bouteille en plastique remplie aux trois quarts d’eau au congélateur. Place-la, sans bouchon, à la verticale. Quand la température arrive à 0 degrés, l’eau gèle. Elle se transforme en glace. Sors la bouteille du congélateur et regarde bien : elle est presque remplie de glace ! Car la glace est moins dense que l’eau. Ce solide occupe plus de place dans la bouteille que le liquide.

Des tonnes de glace.

Au Pôle Nord et au Pôle Sud, il fait très froid. Il y a de la glace partout. Parfois, des blocs se cassent et tombent dans la mer. Ce sont des icebergs. Les petits peuvent peser plus de 200 tonnes, soit le poids de 5 gros camions. Les grands icebergs, eux, sont parfois aussi grands que la Corse ! Ils peuvent peser des milliards de tonnes. Et pourtant, ils flottent !

Les lectures

Les livres permettent de répondre de manière adaptée aux questionnements des enfants. Nous avons une bibliothèque assez riche à la maison mais nous aimons bien compléter celle-ci avec des ouvrages de la bibliothèque de la ville qui regorge de vrais trésors.

Bibliographie :

  • Arctique Antarctique, d’un pole à l’autre, Milan Jeunesse
  • Les sciences naturelles de Tatsu Nagata, Seuil Jeunesse
  • Des bêtes qui se gèlent les fesses, Seuil Jeunesse
  • Le pingouin et le manchot, Gallimard Jeunesse
  • La course sur la banquise, Nathan
  • Les 4 saisons, Atlas jeunesse
  • Divers magasines Wakou et Wapiti

Les jeux

De la même manière que les imagiers ou les cartes de nomenclature, le loto permet de travailler le vocabulaire. En effet, la répétition des mots même les plus complexes permet de l’inscrire dans la mémoire de l’enfant. Maria Montessori parlait de l’esprit absorbant car le cerveau de l’enfant forme un nombre incalculable de connexions synaptiques. Des études confirment que plus le cerveau de l’enfant est nourri et stimulé et plus les connexions se feront avec facilité et durablement.

Pour mon petit de deux ans, je propose un loto/imagier sur l’hiver. Je l’accompagne dans cette activité et nomme les image avec lui. Une fois que nous avons nommé toutes les images, je lui montre comment les disposer sur le plateau. Puis je le laisse faire sa propre expérience, manipuler les pièces, les observer, les disposer. Je le laisse faire des erreurs qu’il corrigera de lui même ou pas. Le but de ce jeu est dans un premier temps de nommer et d’observer. L’association d’image viendra ensuite. L’enfant ne peut pas tout travailler d’un coup. Je laisse ce jeu à sa disposition sur un plateau un certain temps afin qu’il puisse y revenir si besoin (seul ou avec moi). Ce jeu peut tout à fait se créer soit même avec des images trouvées sur internet. Moi, j’utilise ce que j’ai déjà à la maison.

Pour ma grande j’ai sorti le jeu Défis Nature sur le « froid extrême ». C’était l’occasion car cela fait quelques mois déjà que nous l’avions et nous n’y avions encore jamais joué. Ce jeu est très agréable et facile a utiliser. Il se joue comme un jeu bataille. On choisit un thème (poids, longueur, longévité… ) et celui qui a le plus gros « score » l’emporte. Les images sont magnifiques et de la même manière qu’un imagier, il permet de gagner en vocabulaire. On trouve sur chaque carte une petite partie explicative sur l’animal en question.

J’espère que cet article vous aura plu et vous aura inspiré pour faire des activités similaires avec vos bouts de choux !

Alors, amusez vous bien 😉


Publié par Laisser un commentaire
Publié par Laisser un commentaire

Les mallettes à malice

Je vous présente ici les créations couture réalisées pour mes enfants (comme souvent d’ailleurs 😉 ).

Il y a la mallette à voitures avec sa jolie route et son garage et la pochette maison avec une chambre composée de trois lits et d’une salle de bain où les personnages peuvent se glisser dans la baignoire.

J’ai pris beaucoup de plaisir à réaliser ces deux pochettes et ce, pour la plus grande joie de mes enfants.

Pour ces deux réalisations, j’ai essentiellement utilisé des chutes de tissus qui ne m’auraient pas servi vue leur taille.  Mais je dois avouer que c’était idéal pour ces petites pièces toutes mignonnes et je suis bien contente de recycler ces chutes au lieu de les mettre à la poubelle. J’ai aussi utilisé de la feutrine qui est très agréable pour ces petites pièces et qui nécessite peu de couture.

 

Je vous laisse regarder les photos.

Je ferai peut-être un pas à pas (tutoriel de couture) si plusieurs personnes sont intéressées.

mallettes à malice
mallettes à malice

.

Publié par Laisser un commentaire
Publié par Laisser un commentaire

Recette de sel de bain aux pétales de roses

Rien de mieux qu’un bon bain (pas trop chaud) pour se délasser en fin de journée.

C’est bien connu, les sels de bain ont de nombreuses vertus. Ils favorisent la circulation sanguine, rechargent l’organisme en minéraux, détoxifient, favorisent la détente musculaire… Ils permettent aussi de se relaxer, de se détendre et favorisent un meilleur sommeil. Afin d’optimiser ses effets, il est recommander de prendre un bain de 20 min maximum à 37 degrés.

sel de bain à la rose

Si vous n’avez pas de baignoire, il est tout à fait possible de bénéficier de ses vertus en effectuant un bain de pieds à l’aide d’une bassine.

Je vous propose ici une recette toute simple .

Pour cela vous aurez besoin de :

  • Une tasse de sel de Camargue qui élimine les toxines et recharge l’organisme en minéraux
  • d’une cuillère d’huile d’amande douce pour ses qualités hydratantes
  • de quelques pétales de roses
  • de 10 gouttes d’huiles essentielles de lavande (apaisante et décontractante) et de 10 gouttes d’huiles essentielles géranium (relaxante)
  • de colorants alimentaire (facultatif)
  • d’un flacon hermétique

Dans un premier temps mélanger les huiles essentielles dans l’huile d’amande douce. Ajoutez-y le sel puis le colorant et enfin, les pétales de roses. Mélanger le tout.

Agiter le flacon pendant une semaine et le refermer hermétiquement car les huiles essentielles sont très volatiles.

A garder pour soi ou à offrir.

Cette recette peut se décliner à l’infini selon vos envies et selon les ingrédients dont vous disposez, en y mettant des fleurs (lavande, soucis etc) et huiles essentielles de votre choix.

Attention à l’utilisation d’huile essentielle pour les personnes asthmatiques et allergiques.

 

Publié par Laisser un commentaire
Publié par Laisser un commentaire

Loto des odeurs

loto des senteurs
loto des senteurs

 

Voici une activité très ludique pour toute la famille de 2 à 99 ans: le loto des odeurs.

Pour cette activité, je n’ai utilisé que ce que j’avais sous la main.

Matériel:

  • des pots identiques et étanches (ici, ce sont des boites de conserve qui servent au chamboul’tout 😉 )
  • plusieurs sortes d’épices, herbes ou autre aliments odorants pour remplir les pots.
  • Du papier et élastiques
  • Étiquettes ou carte de nomenclature (je les trouve sur le net mais si vous êtes doué en informatique et que vous avez le temps …)

Remplir les pots des herbes de votre choix, refermez avec une petite feuille de papier et un élastique et percez quelques trous afin de libérer les odeurs.

Je conseille avant chaque jeu de remuer les pots pour que les odeurs se diffusent bien dans le pot.

Mise en place :

  • Disposez les cartes en ligne sur une table et les pots sur le coté.
  • La personne qui sent les pots devra les poser sur l’image correspondant à l’odeur
  • Renouveler l’opération jusqu’à ce que tous les pots soient poser
  • Vérifier les résultats, on a parfois des surprises.

Ce jeu est très adapté aux enfants à partir de 24 mois et personnes âgées afin stimuler les sens, travailler la mémoire olfactive, favorise le développement cognitif.

Publié par Laisser un commentaire
Publié par Laisser un commentaire

Lessive au savon de Marseille fait maison, la recette.

lessive savon de Marseille fait-maison

lessive savon de Marseille fait-maison
Lessive au savon de Marseille fait maison

Pour réaliser sa lessive économique et écologique au savon de Marseille voici une recette simple avec peu d’ingrédients :

Pour un litre d’eau, peser 30 grammes de savon râpé, ajouter une cuillère à soupe de bicarbonate de soude (elle renforcera le pouvoir nettoyant du savon), 15 gouttes d’huiles essentielles de lavandin, de citron ou d’arbre à thé (sauf pour une utilisation avec le linge de bébé) et y ajouter un litre d’eau très chaude. Laisser reposer toute la nuit et ajouter un peu d’eau chaude le lendemain si celle-ci est trop épaisse.

=> utiliser un 1/2 verre pour chaque lessive dans le compartiment habituel.

 

*** ASTUCES***

Pour une lessive trop épaisse : Il se peut que la lessive soit trop épaisse. Cela dépend du type de savon utilisé. Je conseille de prendre toujours le même savon de Marseille et de noter les quantités précises de savon et d’eau à chaque réalisation de lessive. Si vous devez ajouter de l’eau chaude le lendemain, notez le aussi.

Recette idéale: Lorsque vous aurez trouvez le juste dosage de votre lessive maison adapté à votre savon, collez la recette sur votre flacon afin de l’avoir sous les yeux lorsque vous en avez besoin.

Choix du savon: Pendant longtemps j’ai acheté du savon de Marseille véritable (blanc pour la lessive) en pain de 400gr à râper soi-même. Cette opération est très longue et je respirais des particules de savons, ce qui rendait l’opération un peu désagréable. J’ai fini par opter pour le savon de Marseille en copeaux de la Biocoop, beaucoup plus facile et ludique à utiliser.

Le choix du flacon: Pas de bouteille en verre !!! Si votre lessive est trop épaisse et qu’elle forme un bloc (ce qui arrive souvent les premières fois), vous ne pourrez plus sortir votre lessive du contenant. Choisissez plutôt un récipient en plastique assez grand que vous ne remplirez pas jusqu’en haut afin de laisser de la marge pour secouer la lessive et ajouter de l’eau chaude si besoin. Je recommande donc un récipient de 2 litres pour un litre de lessive, de 3 litres pour 2 litres de lessive etc.

Publié par Laisser un commentaire